Comment détecter un faux Minéraline ?

décembre 06, 2013

Dernièrement circulent, notamment sur le net, des faux Semeuse Minéraline de 1924-26 (n°YT 188A). Relativement bien réalisés, ils peuvent facilement abuser les philatélistes. Cette fiche-conseil vous donne 5 différences clés permettant de les identifier avec certitude. Cette démarche s'inscrit dans la volonté de lutte contre les faux que nous voulons instaurer sur notre site et nous espérons qu'elle permettra d'éviter d'acquérir cette reproduction sans valeur. Attention : il existe d'autres faux de ce timbre. Ce n'est donc parce qu'un Minéraline ne présente pas les caractéristiques présentées ci-dessous qu'il est nécessairement authentique.

Pour plus de sécurité, nous vous recommandons de soumettre à expertise les exemplaires que vous possédez ou que vous achetez (à moins bien-sûr que vous ne l'ayez acquis sur ce site, où tous les exemplaires ont déjà été expertisés par nos soins).


> Faux Minéraline : les 5 différences clés à connaître


mineraline barre du T mineraline profil mineraline accent mineraline signature mineraline barre du 10

 

1- Le T de postes est plus court sur le faux que sur l'original. La barre verticale du T s'arrête avant la base du E et du S.

2- Le profil de la Semeuse est écrasé. Le nez de la Semeuse a presque disparu.

3- L'accent du E de Minéraline est mal formé. La forme est celle d'un point plus que d'un accent.

4- La signature Roty est illisible. Impossible de lire le nom du graveur.

5- La barre du 10 est plus courte. Elle est très éloignée de la bordure du cadre.

 

> Conseils pour bien acheter. Méfiez-vous des offres trop belles pour être vraies. Le Semeuse Minéraline est un timbre recherché dont les exemplaires neufs** se négocient usuellement entre 25 % et 35 % de la cote. Ne sous-estimez pas l'habileté des faussaires : des offres à des prix inférieurs peuvent dissimuler des faux ou des trucages (réparations, regommages) encore plus difficiles à détecter. Privilégiez les pièces expertisées !

 

> Téléchargez cette fiche sous format pdf : Fiche conseil Minéraline

> Vous pouvez librement diffuser ces informations, les reproduire et les reprendre sur votre site Internet, l'important étant que le plus de philatélistes possble soient sensibilisés à la problématique des faux qui circulent sur le marché philatélique. Merci dans ce cas d'indiquer le site www.timbres-experts.com comme source et, lorsque cela est possible, de faire un lien vers notre site.

> Pour être informé en temps réel de la parution de nouveaux articles sur ce blog, abonnez-vous à notre flux RSS !

> Que pensez-vous de cet article ? Laissez-nous vos commentaires !




6 Réponses

hamm
hamm

août 09, 2015

bonjour
info complémentaire – qui à réalisé ou qui à mis sur le marché ces faux Minéraline?
merci pour votre réponse
denis

patjoa
patjoa

janvier 22, 2014

Site très utile, merci pour vos études sur les faux.
Pour le graveur je suis OK avec Frédéric
Patjoa

Frédéric
Frédéric

décembre 16, 2013

Bonjour, il y a effectivement beaucoup de faux !
Une remarque cependant : Oscar Roty (dessinateur et créateur, oui) n’était pas le graveur de ces timbres, c’était Eugène Mouchon, dont le nom figure à droite sur nos chères semeuses.
Cordialement

lejosne
lejosne

décembre 11, 2013

très bien, continuez

REMY. D
REMY. D

décembre 11, 2013

Rubrique très intérressante, j’ai hâte de voir la suite.
Merci pour cette source d’informaton.
Daniel

LECOQ
LECOQ

décembre 06, 2013

Super idée ces fiches. Je n’ai pas encore trouvé une pièce pour ma collection sur le site mais cela ne saurait tarder. Merci à votre site.
François

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Autres articles

Lorsqu'un timbre émis à 25 exemplaires se démultiplie sur Internet...

septembre 01, 2017

Nous proposons chaque mois une rubrique dans Timbres Magazine, Sous l'oeil de l'expert, dont l'objectif est de présenter les techniques employées pour authentifier un timbre et déjouer les pièges tendus par les faussaires.

Dans le numéro de juillet-août, nous vous présentons un faux particulièrement dangereux, dans la mesure où il s'agit de la reproduction d'un timbre que peu de philatélistes ont eu un jour l'occasion de voir de leurs propres yeux : le n°566C du catalogue Maury (tirage : 25 exemplaires).

Cliquez ici pour lire l'article

faux légion tricolore

Des faux de toute pièce comme s'il en pleuvait...

mai 29, 2017

Nous proposons chaque mois une rubrique dans Timbres Magazine, Sous l'oeil de l'expert, dont l'objectif est de présenter les techniques employées pour authentifier un timbre et déjouer les pièges tendus par les faussaires.

Dans le numéro de février dernier, nous vous présentions un faux de toute pièce au type Mouchon. Voici aujourd'hui le tour d'une contrefaçon tout aussi dangereuse concernant cette fois la paire avec intervalle issue du bloc émis en 1927 pour l'exposition philatélique internationale de Paris.

Cliquez ici pour lire l'article

faux exposition internationale de Paris

Quand le Poste aérienne 15 perd son burelage...

mai 16, 2017

Nous proposons chaque mois une rubrique dans Timbres Magazine, Sous l'oeil de l'expert, dont l'objectif est de présenter les techniques employées pour authentifier un timbre et déjouer les pièges tendus par les faussaires.

Dans le numéro d'avril dernier, nous vous présentons un timbre qui mérite sans conteste sa place au petit musée des horreurs de la philatélie : un poste aérienne n°15 avec un trucage tellement mal exécuté... qu'il lui en a fait perdre son burelage !

Cliquez ici pour lire l'article

burelé réparé