Comment détecter un faux Minéraline ?

décembre 06, 2013

Dernièrement circulent, notamment sur le net, des faux Semeuse Minéraline de 1924-26 (n°YT 188A). Relativement bien réalisés, ils peuvent facilement abuser les philatélistes. Cette fiche-conseil vous donne 5 différences clés permettant de les identifier avec certitude. Cette démarche s'inscrit dans la volonté de lutte contre les faux que nous voulons instaurer sur notre site et nous espérons qu'elle permettra d'éviter d'acquérir cette reproduction sans valeur. Attention : il existe d'autres faux de ce timbre. Ce n'est donc parce qu'un Minéraline ne présente pas les caractéristiques présentées ci-dessous qu'il est nécessairement authentique..

Lire la suite

Jean de Sperati : portrait d'un faussaire qui a défrayé la chronique

novembre 21, 2013

Jean de Sperati est un redoutable faussaire de la première moitié du XXe siècle, dont la production prolifique continue à circuler sur le marché philatélique et à tromper beaucoup de collectionneurs. C'est la raison pour laquelle nous faisons référence à lui, ainsi qu'à deux autres faussaires célèbres, Paul et Fournier, dans la publicité que nous avons passée dans Timbres Magazine de décembre 2013, l'objectif de cette annonce étant de résumer notre état d'esprit : être ouvert à tous SAUF aux faussaires ! Mais revenons-en à Sperati : quel est son parcours ? Quels types de timbres a-t-il contrefaits ? Sa production est-elle dangereuse pour les collectionneurs ?

Lire la suite


Pourquoi les philatélistes achètent-ils des faux ?

novembre 06, 2013

> En tant qu'experts, nous avons souvent l'occasion de constater que de très nombreux faux circulent sur Internet. Un certain nombre d'entre eux peuvent en effet être repérés sans même avoir besoin d'être examinés autrement que par écran interposé. Or, à notre grande surprise, il arrive fréquemment que ces faux atteignent des prix importants sur des sites de vente en ligne... parfois même plus importants que les originaux ! Pour quelles raisons ? Est-ce parce que les collectionneurs n'ont pas conscience de ce problème ? Ou parce que, même s'ils connaissant les risques, ils ont envie de croire qu'ils sont en train de faire l'"affaire du siècle" ? C'est pour répondre à ces questions qu'a été réalisé, en mars 2013, un sondage auprès de plus de 300 d'entre vous*, destiné à connaître votre opinion sur cette problématique, qui nous semble essentielle pour l'avenir de la philatélie. En voici les résultats :

Lire la suite