Les experts C. Calves et A. Jacquart à l’offensive contre les contrefaçons

octobre 06, 2015

Au même titre que le marché de l’art ou des montres de collection, le marché des timbres est affecté par la multiplication des faux. Face à ce problème, les experts Christian Calves et Alain Jacquart lancent une solution inédite : le certificat d’authenticité référencé sur base de données. Téléchargez le communiqué au format pdf

 

> Prolifération des faux sur le marché philatélique

Au-delà du cas emblématique du timbre le plus cher du monde (le One cent magenta de Guyane britannique, d’une valeur de 9,5 millions de dollars), il existe un grand nombre de timbres dont la cote atteint plusieurs centaines, milliers ou dizaines de milliers d’euros. Or, étant constitué de matériaux simples (encre et papier), un timbre est aisément falsifiable - bien plus que des oeuvres d’art ou autres objets de collection.

Pendant longtemps, l’action des experts a consisté à signer les timbres au verso, pour attester de leur authenticité. Aujourd’hui, force est de constater que ce mode opératoire ne suffit plus : en effet, se multiplient sur le marché philatélique des timbres portant de fausses signatures d’experts et des timbres accompagnés de faux certificats d’experts.

« Si le problème des faux a toujours existé, explique l’expert Christian Calves, il a été aggravé, ces dernières années, par l’essor d’Internet qui permet aux faussaires d’écouler leur production de manière incontrôlée. De nombreux collectionneurs achètent en ligne des timbres à des prix défiant toute concurrence… sans se douter qu’il s’agit de faux sans valeur. »

 

> Le certificat référencé sur base de données : un service inédit

Depuis octobre 2015, les experts Christian Calves et Alain Jacquart proposent un service d’un nouveau genre. « Jusqu’à présent, précise Christian Calves, nous n’émettions des certificats, sur support papier, que pour les timbres de très forte valeur. Mais devant la multiplication des faux, nous sommes passé à l’offensive : nous proposons désormais d’éditer des certificats, au format numérique (pdf), pour chaque timbre qui nous passe entre les mains, et surtout, ces certificats sont intégrés à une base de données librement consultable sur notre site www.timbres-experts.com. Nous sommes les premiers et, à notre connaissance, les seuls experts en Europe à proposer ce service. »

certificat calves

Les acheteurs disposent ainsi à présent d’un pouvoir de contrôle : lorsqu’un timbre avec certificat numérique leur est présenté à la vente, ils peuvent s’assurer en un clic de son authenticité (http://www.timbres-experts.com/pages/base-de-donnees-de-certificats-calves)

 

> Le pari de l’accessibilité et de la diffusion de l’information

« Afin de lutter efficacement contre les contrefaçons, nous avons voulu rendre nos services accessibles au plus grand nombre. Nos certificats numériques sont émis gratuitement, sans frais supplémentaires par rapport au tarif de base de l’expertise*. Nos tarifs sont par ailleurs calculés au plus juste : entre 1,40 et 2 % de la cote pour un timbre authentique… et 0 € lorsque le timbre est faux. » indique Christian Calves.

De plus, afin de mieux informer les philatélistes, le site Timbres-experts.com a été refondu : sont désormais publiés sur le blog et relayés dans la newsletter les faux présentés à expertise, afin d’alerter sur l’ampleur du problème et de donner aux lecteurs des exemples des faux en circulation.

 

*Voir conditions sur la page http://www.timbres-experts.com/pages/expertise-de-timbres




2 Réponses

Timbres-experts.com
Timbres-experts.com

octobre 09, 2015

Merci pour votre message !
Le problème est le suivant : les experts n’ont pas le droit d’apporter des modifications aux timbres qui leur sont confiés, sans avoir l’accord du propriétaire… et donc, ils ne peuvent pas apposer de manière systématique une marque des timbres faux.
Ce que nous essayons de faire, en revanche, c’est de prévenir les gestionnaires des sites de vente aux enchères en ligne quand nous voyons passer des faux pour qu’ils soient retirés de la vente, mais malheureusement, nous n’obtenons pas toujours beaucoup d’écoute de leur part.

GASTON
GASTON

octobre 07, 2015

Bonjour,

Quand les experts accepteront-ils de mettre une marque au dos des timbres falsifiés?
A défaut ils seront toujours remis sur le marché philatéliques et finiront pas être achetés par une personne (probablement un débutant malheureusement) pensant effectuer une bonne affaire…

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Autres articles

Rencontrons-nous au 71e Salon philatélique d'automne du 9 au 12 novembre !

octobre 31, 2017

Depuis sa création en 1946, le Salon philatélique d'automne est le grand événement annuel pour les philatélistes. La 71e édition a lieu cette année du 9 au 12 novembre à l'Espace Champerret à Paris. La maison Calves vous accueillera sur le stand A8 pour expertiser vos timbres et réaliser des certificats. Nous serons également heureux de répondre à toutes vos questions concernant les faux et le métier d'expert. Le magasin de la maison Calves du 8, rue Drouot à Paris sera fermé pendant toute la durée du salon.

A noter : pour marquer l'événement, la C.N.E.P. vous propose de participer jusqu'au 7 novembre à un jeu-concours, en partenariat avec le magazine Historia. De nombreux lots sont à gagner, et notamment des lettres affranchies avec le premier timbre de France, le Cérès 20 c. noir ! Jouez et gagnez sur le site Internet d'Historia

salon philatélique automne

> Informations pratiques :

71e salon philatélique d'automne
Espace Champerret - Hall A - Porte de Champerret - Paris 17e
du 9 au 12 novembre.

Entrée gratuite

Ces timbres sont des faux... Saurez-vous dire pourquoi ?

octobre 31, 2017

Il y a quelques mois, la Chambre nationale des négociants et experts en philatélie a lancé une newsletter pour informer sur son actualité, mais aussi pour communiquer aux collectionneurs des informations utiles sur le marché philatélique.

La maison Calves propose, dans chaque numéro, une énigme philatélique pour tester vos connaissances et apprendre à détecter les timbres faux ou réparés.

Retrouvez ci-dessous les 3 dernières énigmes que nous avons proposées !

1- Regardez attentivement cette lettre de la Libération : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ? Pour connaître la réponse, visitez le site Internet de la CNEP !

2- Regardez attentivement ce préoblitéré n°38 : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ? Pour connaître la réponse, visitez le site Internet de la CNEP !

3- Regardez attentivement ce classique de Suisse : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ? Pour connaître la réponse, visitez le site Internet de la CNEP !

Petites et grandes vérités sur les timbres de la Poche de Saint-Nazaire

octobre 24, 2017

Nous proposons chaque mois une rubrique dans Timbres Magazine, Sous l'oeil de l'expert, dont l'objectif est de présenter les techniques employées pour authentifier un timbre et déjouer les pièges tendus par les faussaires.

Dans le numéro de novembre, nous rétablissons quelques vérités sur les timbres de la Poche de Saint-Nazaire. En effet, il arrive très fréquemment que des philatélistes nous questionnent sur ceux-ci. Certains s'inquiètent de leur légitimité (n'auraient-ils pas circulé sur courrier uniquement par complaisance, dans l'aval des autorités ?). D'autres s'étonnent de les trouver en vente à bas prix sur Internet (ces timbres ne seraient-ils donc pas aussi rares que le laissent à penser les chiffres de vente officiels - à savoir 19 000 exemplaires écoulés pour le 50 c. vert et 16 000 pour le 2f. brun ?). Pour lever ces inquiétudes, nous vous donnons dans cet article toutes les informations clés permettant de démêler le vrai du faux.

Cliquez ici pour lire l'article au format pdf

Cliquez ici pour lire l'article en ligne

faux Saint-Nazaire