Du nouveau concernant les timbres avec variétés phosphorescentes !

avril 05, 2016

> La collection des timbres avec variétés phosphorescentes passionne de nombreux philatélistes, depuis maintenant plusieurs décennies. Malheureusement, en raison d’un certain flou dans la terminologie, il arrive régulièrement que des timbres ordinaires ou des variétés mineures soient proposés au prix fort sur le marché philatélique, au détriment des collectionneurs.

Le 17 mars 2016, une rencontre a eu lieu au 8 Rue Drouot (Paris 9e) pour évoquer ce sujet délicat.

Cette réunion a réuni les experts Christian Calves et Alain Jacquart, ainsi que deux collectionneurs spécialistes en la matière : Oliver Gervais (auteur du site http://www.timbres-barres-phosphorescentes.fr/ et contributeur du catalogue Spink/Maury) et Dominique Sellier (auteur du blog http://lesansphosphore.blogspot.fr/ et contributeur du catalogue Yvert et Tellier).

A l’issue de cette réunion, un certain nombre de principes ont été établis que les parties en présence se sont engagées à respecter et à promouvoir.

Ces principes sont les suivants :

1- Les variétés «  de phosphore » n’existent pas. En effet, il n’y a jamais eu de phosphore sur les timbres, mais des pigments phosphorescents à base de sulfure de zinc activé au cuivre associé à des pigments pour colorer. Le terme correct à employer est donc « variété phosphorescente » ou « variété pho ».

2- Les variétés phosphorescentes se répartissent en deux catégories : les timbres sans barre phosphorescente et les timbres avec anomalie phosphorescente.

3- Doivent être considérés comme timbres sans barre phosphorescente les timbres entièrement vierges de toute trace phosphorescente, aussi infime soit elle, sur toute leur surface. Ce sont ces timbres qui constituent le cœur de la collection et que les catalogues cotent sous l’appellation « sans pho » ou celles (impropres) « sans phosphore » et « sans bande de phosphore ».

4- Doivent être considérés comme timbres avec anomalie phosphorescente les timbres sur lesquels on note une présence phosphorescente, mais répartie de manière anormale. Par exemple : maculations, barres à cheval ou brisées ou encore traces phosphorescentes à des endroits autres que ceux normalement occupé par les barres. Ces timbres constituent des variétés moins importantes, mais dignes d’être collectionnées.

5- Doivent, en revanche, être considérés comme ordinaires les timbres avec points phosphorescents (même légers) à l’emplacement normal des barres, ainsi que les timbres rémanents (timbres aux barres phosphorescentes faiblement encrées, mais apparaissant sous une lampe U.V. à forte puissance).

6- Afin de clarifier la situation, il a été acté que les timbres avec anomalie phosphorescente expertisés par la maison Calves seraient, à l’avenir, systématiquement accompagnés d’un certificat décrivant la nature de l’anomalie constatée.

Nous espérons que l’application de ces principes contribuera à faire cesser certains abus, et qu’elle constituera une avancée utile pour les philatélistes désireux d’aborder ou de poursuivre une collection de timbres avec variétés phosphorescentes.

Christian CALVES, Alain JACQUART, Dominique SELLIER et Olivier GERVAIS




Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Autres articles

Rencontrons-nous au 71e Salon philatélique d'automne du 9 au 12 novembre !

octobre 31, 2017

Depuis sa création en 1946, le Salon philatélique d'automne est le grand événement annuel pour les philatélistes. La 71e édition a lieu cette année du 9 au 12 novembre à l'Espace Champerret à Paris. La maison Calves vous accueillera sur le stand A8 pour expertiser vos timbres et réaliser des certificats. Nous serons également heureux de répondre à toutes vos questions concernant les faux et le métier d'expert. Le magasin de la maison Calves du 8, rue Drouot à Paris sera fermé pendant toute la durée du salon.

A noter : pour marquer l'événement, la C.N.E.P. vous propose de participer jusqu'au 7 novembre à un jeu-concours, en partenariat avec le magazine Historia. De nombreux lots sont à gagner, et notamment des lettres affranchies avec le premier timbre de France, le Cérès 20 c. noir ! Jouez et gagnez sur le site Internet d'Historia

salon philatélique automne

> Informations pratiques :

71e salon philatélique d'automne
Espace Champerret - Hall A - Porte de Champerret - Paris 17e
du 9 au 12 novembre.

Entrée gratuite

Ces timbres sont des faux... Saurez-vous dire pourquoi ?

octobre 31, 2017

Il y a quelques mois, la Chambre nationale des négociants et experts en philatélie a lancé une newsletter pour informer sur son actualité, mais aussi pour communiquer aux collectionneurs des informations utiles sur le marché philatélique.

La maison Calves propose, dans chaque numéro, une énigme philatélique pour tester vos connaissances et apprendre à détecter les timbres faux ou réparés.

Retrouvez ci-dessous les 3 dernières énigmes que nous avons proposées !

1- Regardez attentivement cette lettre de la Libération : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ? Pour connaître la réponse, visitez le site Internet de la CNEP !

2- Regardez attentivement ce préoblitéré n°38 : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ? Pour connaître la réponse, visitez le site Internet de la CNEP !

3- Regardez attentivement ce classique de Suisse : il s’agit d’une contrefaçon grossière. Saurez-vous dire pourquoi ? Pour connaître la réponse, visitez le site Internet de la CNEP !

Petites et grandes vérités sur les timbres de la Poche de Saint-Nazaire

octobre 24, 2017

Nous proposons chaque mois une rubrique dans Timbres Magazine, Sous l'oeil de l'expert, dont l'objectif est de présenter les techniques employées pour authentifier un timbre et déjouer les pièges tendus par les faussaires.

Dans le numéro de novembre, nous rétablissons quelques vérités sur les timbres de la Poche de Saint-Nazaire. En effet, il arrive très fréquemment que des philatélistes nous questionnent sur ceux-ci. Certains s'inquiètent de leur légitimité (n'auraient-ils pas circulé sur courrier uniquement par complaisance, dans l'aval des autorités ?). D'autres s'étonnent de les trouver en vente à bas prix sur Internet (ces timbres ne seraient-ils donc pas aussi rares que le laissent à penser les chiffres de vente officiels - à savoir 19 000 exemplaires écoulés pour le 50 c. vert et 16 000 pour le 2f. brun ?). Pour lever ces inquiétudes, nous vous donnons dans cet article toutes les informations clés permettant de démêler le vrai du faux.

Cliquez ici pour lire l'article au format pdf

Cliquez ici pour lire l'article en ligne

faux Saint-Nazaire